Multi-instrumentiste et autodidacte, Laurent Trudel a été qualifié par les médias de « collectionneur de sons et d’émotions ».

Au début des années 1970 à Vancouver, il a participé au programme d’intercommunication avec les baleines grâce à son rôle dans la Fondation Greenpeace. Son séjour dans l’ouest lui a également permis de s’associer à divers groupes et artistes dont Paul Horn, Paul Winter (Oregon), Melville Gregory et Phil Guy, avec lequel il joue au Rock Pile de Vancouver.

De retour au Québec en 1975, il participe à quelques spectacles avec Richard Séguin. Il accepte le poste de violoneux pour le groupe V’là l’Bon Vent. C’est en tant que musicien de plateau pour une émission de Radio-Canada qu’il rencontre Monique Miville-Deschesne dont il devient l’arrangeur pour une tournée de chant.

Lors de son séjour en Abitibi, il a joué aux côtés de Steve Burman (Connivence), le groupe Sagaces, Louis Kirouac, ainsi que Gylles Légaré. Il s’est aussi joint à la Troupe de Théâtre Les Zybrides.

Avec son Studio d’enregistrement, CordéVents, il a réalisé plusieurs « jingles » et plus d’une trentaine de compositions pour des comédies musicales et pièces de théâtre.

On retrouve sa griffe d’arrangeur, de compositeur, d’instrumentiste ou de producteur sur les albums de Céline Delisle, Hélène Matteau, Céline Côté, cédéroms de la série Adibou, Couleurs Abitibiennes, Gylles Légaré, Monique Miville-Deschesne, V’là l’Bon Vent, Dany Pouliot, les partys du 2 Pierrots et Blues Delight. Plus récemment, il se joint à Paul Gagnon pour former le duo Gadel et travaille aux côtés de Jean-François Thibaud dans la formation Harricana. Ses plus récentes réalisations sont avec Delaron, avec qui il produit un album éponyme (à voir et entendre sur delarontrio.com).

Actif dans plusieurs groupes, Laurent adore jouer plusieurs instruments et se définit comme un coloriste. Chaque instrument offre une palette d’émotions dont il s’amuse à explorer les possibilités. Le bonheur qu’il ressent à se produire en spectacle est évident.